Coopération

Algérie-UE : Lancement d'un programme de coopération dans le renouvelable pour 15 millions d'euros

Publié par DK NEWS le 06-10-2023, 14h36 | 3
|

L'Algérie et l'Union européenne (UE) ont convenu, lors de la réunion du Dialogue politique

de Haut niveau dans le domaine de l'énergie, d'un nouveau programme de coopération pour
soutenir le développement des énergies renouvelables d'une valeur de 15 millions d'euros, selon le
communiqué commun de la réunion, rendu public jeudi par le ministère de l'Energie et des mines.

Ce programme de coopération, s'appuyant sur les résultats "très positifs du projet Taka Nadifa
(énergie propre)", a été annoncé à l'issue de la 5ème réunion qui s'est tenue jeudi à Bruxelles, sous la
coprésidence de la Commissaire à l'énergie de la Commission de l'Union européenne, Kadri Simson et
le ministre de l'Energie et des mines, Mohamed Arkab, a précisé la même source.

Ce programme de coopération, d'une valeur de 15 millions d'euros, est basé sur les priorités
identifiées à travers le Dialogue entre l'Algérie et l'UE.

Il vise à soutenir le développement de projets d'énergies renouvelables, l'intégration des
renouvelables dans le système, y compris par le biais de nouvelles technologies, l'interconnexion
électrique, le développement d'une économie verte de l'hydrogène, l'augmentation des énergies
renouvelables dans la production et le transport d'énergie, ainsi que l'efficacité énergétique dans les
bâtiments et les entreprises publiques, a souligné le communiqué commun de la réunion.

Les deux parties ont convenu de progresser davantage sur les émissions de méthane et l'hydrogène
en facilitant et en promouvant des projets industriels pilotes, ainsi que d'organiser des ateliers
réunissant des parties prenantes publiques et privées européennes et algériennes.

Les perspectives de coopération dans le domaine de l'hydrogène renouvelable ont également été
discutées lors de cette réunion qui s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Mémorandum
d'entente (MoU) sur le partenariat stratégique entre l'Algérie et l'UE dans le domaine de l'énergie,
signé à Alger en 2013, qui vise à développer et renforcer les relations énergétiques tout en
respectant l'équilibre des intérêts entre les deux parties.

Dans cette perspective, les deux parties ont exprimé leur volonté d'explorer la possibilité d'établir un
accord de coopération sur l'hydrogène afin d'identifier des actions concrètes et des projets dans ce
domaine de partenariat, a ajouté le communiqué.

Les efforts de l'Union européenne pour augmenter et accélérer le déploiement des énergies
renouvelables ont été mis en avant, avec l'hydrogène comme domaine prioritaire pour stimuler la
transition verte.

La stratégie nationale algérienne récemment adoptée pour le développement de l'hydrogène a
également été soulignée.

La commissaire Simson et le ministre Arkab ont convenu qu'il existait un excellent potentiel pour un
partenariat fructueux et mutuellement bénéfique sur l'hydrogène renouvelable et se sont engagés à
intensifier la coopération dans ce domaine".

L’Algérie, partenaire stratégique et fiable dans l'approvisionnement énergétique

Lors de cette réunion bilatérale, les deux parties ont fait le point sur l'état d'avancement de la
coopération bilatérale, tout en réitérant la volonté commune d'œuvrer à son renforcement à travers
de nouveaux échanges dans le cadre du groupe de travail sectoriel et des deux groupes d'experts sur
"le gaz naturel" et "l'électricité, les énergies nouvelles et renouvelables et l'efficacité énergétique",
créés en 2015.

Ainsi, les deux parties ont salué les progrès réalisés dans la mise en œuvre du partenariat,
notamment des réunions régulières entre experts, l'organisation d'activités conjointes qui ont
contribué à une meilleure compréhension mutuelle sur des questions d'intérêt commun, telles que le
gaz naturel, l'hydrogène renouvelable, la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le
secteur de l'énergie, le développement des énergies renouvelables et la promotion de l'efficacité
énergétique, a-t-on mentionné.

"L'importance de l'Algérie en tant que partenaire stratégique et fiable dans l'approvisionnement
énergétique de l'UE en gaz naturel a été également soulignée", et l'évolution de la demande
européenne et de l'offre par l'Algérie a été discutée.

Par ailleurs, les deux parties ont discuté de la coopération euro-algérienne pour réduire les émissions
de méthane dans l'industrie pétrolière et gazière et ont décidé de travailler ensemble pour
promouvoir la récupération et la commercialisation du méthane qui serait autrement dispersé dans
l'atmosphère.

"Cela permettra des avantages mutuels en termes de lutte contre le changement climatique, une
meilleure rentabilité de l'industrie gazière algérienne et un potentiel accru d'approvisionnement
supplémentaire à l'Union européenne", a-t-on expliqué, assurant qu'il a été convenu "d'étendre la
coopération à l'exploration, la production et l'utilisation de matériaux rares, notamment comme
intrants dans l'industrie des composants d'installation pour la production ou le stockage d'énergie
renouvelable".

L'Algérie et l'UE ont convenu aussi "d'accélérer les discussions sur la coopération dans le domaine de
l'électricité, en particulier sur l'interconnexion entre les réseaux électriques européens et algériens et
les échanges transfrontaliers".

Des discussions seront également engagées sur la possibilité de créer des partenariats industriels
pour la fabrication d'équipements, en particulier pour le marché des énergies renouvelables.

Se félicitent de l'esprit qui a prévalu lors des différentes réunions et échanges, les deux parties
continueront le dialogue et le partenariat stratégique dans le domaine de l’énergie pour l’intérêt
mutuel, a-t-on encore souligné de même source.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.