Actualité

37e session ordinaire de la Conférence des chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union africaine : M. Attaf appelle à Addis-Abeba les pays africains à soutenir la cause palestinienne et à contribuer aux efforts diplomatiques internationaux

Publié par DK NEWS le 19-02-2024, 16h46 | 5
|

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, M. Ahmed Attaf 
a appelé, dimanche depuis Addis-Abeba, lors de sa participation en qualité de représentant 
du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, aux travaux de la 37e session ordinaire 
de la Conférence des chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union africaine (UA), les pays africains 
à soutenir la cause palestinienne et à contribuer aux efforts diplomatiques internationaux.   

Concernant la clause relative à la cause palestinienne, M. Attaf a précisé que "la cause palestinienne a grandement besoin, aujourd'hui plus que jamais, du soutien de notre continent, au moment où elle vit une des périodes les plus graves de son histoire, alors que l'occupation sioniste accélère la mise en œuvre de son plan visant à liquider le projet national palestinien, à enterrer la solution des deux Etats et à relancer le projet du grand Israël".

"L'Algérie appelle les pays frères africains réunis sous l'égide de notre organisation, à contribuer aux efforts diplomatiques internationaux en trois principaux niveaux", a -t-il soutenu. "Le premier niveau est celui des priorités à caractère urgent, qui prévoit d'engager une action pour faire cesser l'agression sioniste contre la bande de Ghaza, protéger les civils, assurer l'acheminement des aides humanitaires à nos frères dans la bande de Ghaza, sans conditions, restrictions ou entraves", a-t-il ajouté. Quant au deuxième niveau, il s'agit "des priorités qui visent à briser l'immunité injustement accordée à l'occupant israélien". "Mon pays s'attèle actuellement, en coordination totale avec la République d'Afrique du Sud, pays frère, à l'activation des mesures conservatoires décidées par la Cour internationale de justice (CIJ), en œuvrant à l'adoption, durant cette période, par le Conseil de sécurité onusien d'une résolution contraignante", a assuré M. Attaf. "Le 3e niveau des priorités consiste en l'établissement de l'Etat de Palestine sur les frontières de 1967, avec El-Qods Echarif comme capitale".

En appui à cette orientation, ajoute M. Attaf, "l'Algérie appelle l'ensemble des Etats africains frères à préparer d'ores et déjà l'étape suivante, qui consiste à prendre l'initiative de proposer la candidature de l'Etat de Palestine en tant que membre à part entière aux instances de l'ONU concernées par cette question historique".  

                       Réunion du Groupe A3+ à Addis-Abeba: "Notre défense des causes justes doit rester inébranlable" (Attaf)  

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ahmed Attaf, a affirmé dimanche à Addis-Abeba, lors d'une réunion ministérielle du Groupe A3+, que la défense de toutes les causes justes dans le monde notamment les causes palestinienne et sahraouie "doit rester intacte, vivante et inébranlable".

"Il est très encourageant de constater que l'A3+ œuvre sans relâche pour prendre en charge les dossiers qui représentent un intérêt important pour les régions de l’Afrique et des Caraïbes", a déclaré M. Attaf dans son allocution prononcée lors de cette réunion du Groupe A3+ (Algérie, Sierra Leone et Mozambique), et le représentant des Caraïbes (Guyane), tenue en marge des travaux de la 37e session ordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine, ouverts samedi dans la capitale éthiopienne. "A l'heure où nous parlons, l'Algérie a +pris la plume+ pour rédiger une résolution sur le cessez-le-feu à Ghaza.

J'en profite pour remercier l'A3+ pour son fort soutien qui a donné une impulsion vigoureuse à notre initiative", a ajouté M. Attaf. Il a appelé, dans ce contexte, à "repousser farouchement toutes les tentatives visant à faire taire le Conseil de sécurité face aux actes de génocide en cours, aux déplacements forcés et au déni des droits légitimes du peuple palestinien à un Etat".

Et de souligner: "Notre défense de la cause palestinienne et de toutes les causes justes dans le monde, y compris au Sahara occidental, doit rester intacte, vivante et inébranlable".

M. Attaf a, par ailleurs, salué la tenue de cette réunion convoquée par la ministre mozambicaine des Affaires étrangères, Mme Ver?nica Macamo, en sa qualité d'actuelle coordinatrice de l'A3+.

"Il s’agit en effet d’une initiative très louable, et je suis d’avis que nous devrions avoir pour habitude de nous rencontrer chaque fois que nous nous réunissons pour des événements multilatéraux, que ce soit au niveau régional ou international", a-t-il dit à ce propos.

"Des occasions comme celle-ci sont très utiles pour échanger des points de vue et des idées, tout en faisant le point sur la coordination entre nos pays au sein du Conseil de sécurité de l'ONU", a-t-il enchaîné.

Il a, à cet égard, salué la coordination entre les pays africains et le représentant des Caraïbes (Guyane), qui, selon lui, "a atteint un niveau de maturation" et "son impact positif se fait progressivement sentir au sein du Conseil" avant de poursuivre: "Je crois que nos missions permanentes auprès de l’ONU méritent d’être encouragées et soutenues pour cimenter davantage l’émergence de ce bloc politique".  "En tant que représentant d'un pays qui a apporté un soutien considérable à ce mécanisme de coordination depuis sa création, à travers ce que l'on appelle désormais le +Processus d'Oran+, je suis particulièrement fier de cette réalisation majeure", s'est félicité M. Attaf. Et de conclure: "A une époque de divergences géopolitiques croissantes et de divisions croissantes au sein du Conseil, je pense que notre groupe est en mesure d'apporter de nouvelles perspectives dans le but de combler les divergences et de raviver l'engagement du Conseil à assumer ses responsabilités". 

             Attaf : l'Algérie œuvrera à élaborer des solutions en faveur de la paix  et de la sécurité en Afrique durant son mandat à la tête du MAEP 

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ahmed Attaf a affirmé, dimanche depuis Addis-Abeba, que l'Algérie œuvrerait, durant son mandat à la tête du Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs (MAEP), à encourager le dialogue et la concertation entre toutes les parties prenantes pour élaborer des solutions favorables au renforcement de la paix et la sécurité dans le continent.

Dans une allocution sur le rapport du Forum des chefs d'Etat et de Gouvernement du MAEP, M. Attaf a transmis ses vives félicitations, au nom du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, au Président Julius Maada Bio, pour son rapport exceptionnel présenté lors de la séance.

 Lors de son allocution, il a également transmis aux participants "les salutations fraternelles du président de la République qui est très reconnaissant de la précieuse confiance placée en sa personne par ses frères pour diriger le MAEP pour les deux années à venir, dans un contexte régional où se posent des défis qui nécessitent une interaction sage et clairvoyante, mais aussi ferme et rigoureuse". "Le recul des valeurs démocratiques sur fond de la dangereuse vague de changements anticonstitutionnels de gouvernements, particulièrement en Afrique de l'Ouest en particulier, justifie le besoin en des mécanismes tels le notre et atteste de la vision clairvoyante ayant conduit à leur création", a affirmé le ministre. "Ce mécanisme a incontestablement prouvé son caractère indispensable et son efficacité et a contribué indubitablement à renforcer les principes de bonne gouvernance dans notre continent", a-t-il soutenu. M. Attaf a affirmé que "l'Algérie consacrera son mandat pour encourager et intensifier le dialogue, la concertation et la coordination entre toutes les parties prenantes pour cristalliser des solutions africaines aux problèmes africains" par "des solutions émanant de la réalité africaine et tenant pleinement compte de l'environnement extérieur qui nous entoure, tout en renforçant la paix, la sécurité et la stabilité politique et en promouvant le développement économique et la prospérité commune dans notre continent".  

                           M. Attaf reçu à Addis-Abeba par le vice-président sierra-léonais  

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, M. Ahmed Attaf a été reçu, dimanche à Addis-Abeba, par le vice-président de la République de Sierra Leone, pays frère, M. Mohamed Juldeh Jalloh, et ce en marge de sa participation, en tant que représentant du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, aux travaux de la 37e session ordinaire de la Conférence des chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union africaine (UA), indique un communiqué du ministère.

La rencontre a permis d'examiner "les voies et moyens de renforcer les relations bilatérales privilégiées unissant les deux pays frères, dans le cadre du suivi des résultats de la visite officielle effectuée, début janvier dernier en Algérie, par le président de la République de Sierre Leone, M. Julius Maada Bio, et de la mise en œuvre des résultats des entretiens importants qu'il a eus, à cette occasion, avec son frère, Monsieur le Président Abdelmadjid Tebboune", ajoute la même source.

 Les deux parties ont également échangé les vues sur "les principales questions inscrites à l'ordre du jour du Sommet africain et ont convenu de poursuivre la coordination bilatérale au sein du Conseil de sécurité onusien et dans d'autres fora régionaux et internationaux", conclut le communiqué.  

                   M. Attaf prend part  à Addis-Abeba à une réunion du Groupe des Etats africains membres du Conseil de sécurité  

 

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ahmed Attaf a pris part, dimanche à Addis-Abeba, à une réunion interministérielle du Groupe des Etats africains membres du Conseil de sécurité de l'ONU (A3), qui regroupe actuellement l'Algérie, la Sierra Leone et le Mozambique, et ce, en marge de la 37e session ordinaire de la Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine (UA), indique un communiqué du ministère.

La réunion était "une occasion renouvelée de réaffirmer l'engagement à poursuivre la coordination des positions et à unifier les efforts communs pour préserver les intérêts des pays et du continent africain, et défendre les différentes causes justes en Afrique et dans le monde, à la lumière des résultats du +processus d'Oran+, qui joue un rôle central dans l'unification de la position africaine au niveau international, notamment au sein du Conseil de sécurité", précise le communiqué.

A cet égard, "les trois ministres ont convenu d'une série de propositions pratiques visant à renforcer la concertation et la coordination à tous les niveaux pour une influence positive des pays africains au sein du Conseil de sécurité.

Ils ont en outre convenu d'oeuvrer à impulser davantage la question de la réforme de cet organe principal des Nations unies, sur la base de la position africaine unifiée", selon la même source.

Par ailleurs, "la cause palestinienne a fait l'objet de discussions approfondies au cours desquelles les membres du groupe ont réaffirmé leur soutien au projet de résolution initié par l'Algérie visant à activer les mesures provisoires de la Cour internationale de justice (CIJ) afin d'imposer l'arrêt de l'agression sioniste et de mettre fin au génocide contre le peuple palestinien frère", ajoute le communiqué.

Dans une allocution prononcée à cette occasion, "le ministre a hautement salué les progrès réalisés dans le renforcement de la coordination entre les Etats africains au sein du Conseil de sécurité et de leur influence au sein de cette instance onusienne centrale", appelant à "préserver cette dynamique que connaît l'action africaine commune dans le soutien aux causes justes dans le monde, à leur tête la cause palestinienne et la question de décolonisation du Sahara occidental", conclut le communiqué.

 

 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.