Actualité

Benflis plaide pour un discours politique «sincère»

Publié par Dknews le 02-12-2019, 18h19 | 2
|

Le candidat à la présidentielle du 12 décembre prochain, Ali Benflis a plaidé, lundi depuis Mostaganem, pour un discours politique «sincère» à même d'instaurer la confiance entre le gouvernant et le gouverné.

 Lors d'un meeting populaire animé à la maison de la Culture «Ould Abderrahmane Kaki», au 16e jour de la campagne électorale, M. Benflis a prôné «la sincérité du discours politique», affirmant que le peuple «n'accepte pas les promesses irréalistes».

 Le candidat a critiqué le discours politique «qui prévaut sur la scène où les promesses dominent», affirmant s'adresser au peuple en «toute sincérité», tout en s'engageant à «satisfaire les revendications soulevées et à examiner les différents dossiers avec les spécialistes en la matière».

 Dans le même contexte, le prétendant à la magistrature suprême a souligné la nécessité «d'instaurer la confiance entre le gouvernant et le gouverné, en disant la vérité», afin «d'édifier un Etat fort et démocratique sur la base des valeurs du peuple algérien, d'une justice indépendante et d'une presse libérée et crédible avec la réactivation du rôle de contrôle des instances de l'Etat».

 M. Benflis s'est engagé à ouvrir le dialogue avec la corporation de l'Education pour améliorer ses conditions, en s'engageant à «réviser les programmes scolaires des différents paliers, à promouvoir la langue arabe ainsi que consacrer l'attachement à l'identité nationale en vue de rassembler tous les Algériens».

 Le candidat Benflis a appelé à «la sauvegarde de l'Algérie» à travers «la participation massive du peuple à l'election afin d'édifier des institutions légitimes», insistant sur la nécessité «de dépasser les rancunes, la haine et les règlements de comptes».

Il s'est dit egalement «porteur d'un projet politique à même de sauver l'Algérie» Le candidat du parti Talaie el Hourriyet a évoqué les principaux axes de son programme électoral qui propose la répartition des prérogatives entre le Chef de l'Etat et le chef du gouvernement, la dynamisation du rôle du Parlement, et la consécration du principe de l'alternance au pouvoir avec le respect de l'opinion d'autrui, à travers «la modernisation politique».

 Au volet économique, M. Benflis a fustigé «le monopole de la richesse nationale par une certaine catégorie», s'engageant à «dépolitiser l'acte économique et à lutter contre la bureaucratie».

 Concernant la prise en charge des préoccupations des agriculteurs, le candidat propose «la création d'une banque pour les accompagner et les soutenir, outre la résolution du problème de l'appropriation des terres et l'établissement d'actes au profit des propriétaires».

 Il a également promis de développer le secteur du tourisme en tant que «pôle primordial» pour la croissance économique ainsi que le développement de l'industrie manufacturière à même de permettre la commercialisation des produits agricoles.

 D'autre part, M. Benflis s'engage à ouvrir le dossier du pouvoir d'achat de la classe moyenne à travers «le dialogue avec les représentants des travailleurs, tout en chargeant le gouvernement de présenter les solutions, en étant sincère avec le peuple».

Il a promis aussi de réhabiliter le sport d'élite et de développer la pratique sportive à différents niveaux.

 Evoquant le volet local, M. Benflis a mis en exergue l'histoire séculaire de cette wilaya qui a connu «des batailles héroïques ancrées dans l'histoire», fustigeant, par ailleurs «la marginalisation de cette région», en dépit des capacités qu'elle renferme dans les domaines agricole et touristique.

 Il a déploré, par ailleurs, «la dégradation de la situation dans les secteurs de l'éducation et de la santé et la détérioration constatée dans les infrastructures», appelant à «promouvoir le tourisme religieux dans la région, célèbre pour ses savants, ses artistes et ses poètes ainsi que pour ses sites et monuments historiques».

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.