Histoire

Recensement des crimes coloniaux «Le travail des experts pas encore achevé en raison du nombre incommensurable de ces crimes»

Publié par DK NEWS le 22-06-2020, 18h38 | 1
|

Le ministre des Moudjahidine et des Ayant droits, Tayeb Zitouni, a indiqué, dimanche, que les experts qui se penchent depuis deux années sur le recensement des crimes commis par la colonisation française contre les Algériens du 1830 au 1962 "n'ont pu encore achevé leur travail en raison du nombre incommensurable de ces crimes".

En réponse aux questions et préoccupations des députés à l'Assemblée populaire nationale (APN) concernant le projet de loi instituant la date du 08 mai 1945 Journée nationale de la Mémoire, le ministre a déclaré que "des historiens ont été chargés, il y a deux ans, d’un travail de recensement de tous les crimes commis par la France coloniale contre les Algériens entre 1830 et 1962", précisant qu’ils "n'ont pu à ce jour les recenser tous en raison de leur nombre incommensurable".
Estimant impératif que la France reconnaisse ses crimes et restitue nos archives, M. Zitouni a fait savoir que son département s'attèle à la réalisation de documentaires sur toutes les wilayas depuis l'entrée de la colonisation en Algérie jusqu 'à l'indépendance. "Quatorze documentaires sont finalisée", a-t-il ajouté.
Il a rappelé également que son département avait remis au ministère de l’Education nationale, il y’a deux ans, des prototypes pour l’enseignement de l’histoire dans les trois paliers et que des contacts sont en cours avec le ministre de l’Education pour la signature d’une convention sur la méthodologie de l’enseignement de cette matière. S’agissant de la question des crânes des leaders de la résistance populaire, le ministre a réitéré que "l’Algérie, peuple et gouvernement, reste attachée à cette demande et n’y renoncera jamais". Soulignant l’Algérie "n’a rien contre le peuple français, parmi lequel elle compte des amis ayant participé à sa guerre de libération", le ministre des Moudjahidine a soutenu que "les relations commerciales, industrielles et culturelles entre les deux pays ne sauraient peser devant la mémoire nationale".
Il a évoqué, à ce propos, le dossier des disparus durant la révolution nationale, et dont le nombre dépasse 2.200 Algériens outre le dossier des essais nucléaires français dans le Sahara algérien qui "ont fait et continuent à faire des victimes".
S’agissant de la loi d’incrimination de la colonisation française, le ministre a tenu à souligner que cette loi "n’est pas seulement une revendic ation parlementaire mais aussi populaire", proposant l’association des historiens à la l’élaboration de cette loi "afin de relancer d’autres dossiers".
Rejetant l’idée d’une loi "formelle" d’incrimination de l’occupation
 française, M. Zitouni a affirmé "nous n’avons pas besoin d’une loi à paraître uniquement sur le Journal officiel mais nous voulons une loi qui permet de relancer d’autres dossiers". 
 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.