Monde

Congo : Un conseiller du président Sassou Nguesso mis en examen à Paris

Publié par DK NEWS le 09-10-2021, 16h23 | 59
|

Un négociant pétrolier congolais, Lucien Ebata, présenté comme un conseiller du président Denis Sassou Nguesso, a été mis en examen cette semaine à Paris notamment pour "blanchiment de capitaux" et "corruption", selon des sources judiciaires. M. Ebata a été placé en garde à vue cette semaine dans le cadre d'une information judiciaire ouverte par le parquet national financier (PNF) en mai 2020. 

A l'issue de sa garde à vue, "il a été présenté au juge d'instruction et mis en examen des chefs de manquement à l'obligation de déclaration de capitaux, de blanchiment et de corruption active", a détaillé la source judiciaire. 
Initialement ouverte par le parquet de Bobigny, en région parisienne, l'enquête préliminaire avait été transférée au parquet financier en 2016, selon cette source. 
"Pendant son transit en France, M. Ebata a choisi de répondre volontairement ce mardi 5 octobre 2021 à une convocation du juge d'instruction dans le cadre d'une procédure ouverte à son encontre, par respect de l'institution judiciaire française", a expliqué l'ambassade du Congo en France dans un courrier adressé au ministère de s Affaires étrangères. 
L'ambassade y présente Lucien Ebata comme "conseiller spécial du président de la République du Congo, président de la commission chargée des négociations avec le Fonds monétaire international" (FMI) et rappelle qu'il est détenteur d'un "passeport diplomatique" et d'un "ordre de mission signé" du président congolais. 
"A ce titre, il bénéficie de l'immunité fonctionnelle", souligne l'ambassade. "Présentant toutes les garanties pour répondre à toutes les sollicitations de la justice française, l'ambassade appelle l'attention du ministère afin que soit garantie à M. Ebata son immunité fonctionnelle lui permettant d'accomplir les missions prescrites" par le chef de l'Etat congolais, précise l'ambassade. 
M. Ebata est à la tête de la holding de trading pétrolier Orion group. En 2016, l'enquête sur les circuits financiers offshore intitulée "Panama papers" avait révélé que M. Ebata était détenteur de quatre comptes bancaires dans des Etats considérés alors comme des paradis fiscaux. 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.