Forum

Le P-DG de Caarama Assurances, M. Mokhtar Naouri, invité, hier, du Forum de DK News - Caarama Assurances : Culture et modernité

Publié par DK News le 09-12-2014, 19h08 | 624
|

Le P-DG de CAARAMA, société d’assurances de personnes, Mokhtar Naouri et ses collaborateurs directs, MM. Nassim Lacheheb, responsable du produit « Djemaâtna » et Chakib Kacimi El Hassani, chargé du produit « Mouktaridh » ont, au cours d’une conférence –débat organisée par DK News, hier.

Apporté des éléments de popularisation de l’assurance Vie et des personnes.Il a été question de culture et d’humanisme, de proximité, d’innovation et de modernisation.

Culture et humanisme

Tout prévoyant qu’il soit, le citoyen algérien responsable hésite encore à intégrer dans son comportement de consommateur rationnel, la souscription d’une assurance Vie, de complémentaire santé, de garantie de paiement des emprunts contractés.

Tous ces risques font partie des aléas de la vie : nul ne sait quand survient sa dernière heure, ni quelle maladie peut l’atteindre et réduire ses capacités tant physiques que matérielles.

Combien de familles ont vu leurs investissements de toute une vie réduits à néant parce qu’elles ne peuvent plus faire face à leurs obligations de débiteurs, l’assurance CAARAMA est là pour se substituer à l’assuré en cas de décès ou de défaillance.

Sachant le prix que les Algériens accordent à leur dignité, cette intervention des assureurs est des plus humaines.

Maladies redoutées

La révolution démographique en cours dans notre société, avec l’allongement de la durée de vie, les modifications des habitudes de consommation et du cadre de vie (générateurs de maladies nouvelles : cancers, AVC, stress, et autres maladies invalidantes...) font de la prévoyance un acte hautement civique, social et de protection des niveaux et conditions de vie acquis.

CAARAMA assure la couverture des écarts entre frais réels et remboursements de la Sécurité sociale.
Chacun sait que du fait de la révolution démographique les maladies  comme le cancer, l’hypertension artérielle, le diabète, les AVC sont plus nombreux et exigent une prise en charge qui dépasse de loin les soins proprement dits :

le transport, l’aménagement des locaux d’habitation au malade, le remboursement des actes médicaux, tout cela coûte et nombre de familles voient leur vie chamboulée.
CAARAMA assure dans ces conditions être « le soutien de familles» !

Table

L’assurance des personnes est volontaire, alors que l’assurance sociale est obligatoire.
Le souscripteur à une assurance Vie, à la complémentaire-santé, à la retraite complémentaire et à d’autres risques y est admissible en fonction de l’âge, du sexe, des statistiques de la mortalité par sexe et par classe d’âge :

les tarifs sont étudiés en fonction de ces paramètres.Bien entendu une personne de 70 ans  est exclue de l’assurance-décès à cause du taux très élevé de la contribution, lié à l’âge.

CAARAMA et la concurrence

Filiale de la CAAR, CAARAMA est déjà leader sur le marché de l’assurance volontaire aux personnes.
Son chiffre d’affaires a suivi une courbe ascendante depuis 2011 quand il a enregistré 930 millions de dinars.

En 2012, il a été de 1,7 milliard de DZD et de 1,9 milliard DZD en 2013.
En 2014, il est de 1,2 milliard de DZD au mois de septembre.
CAARAMA  prévoit de passer le seuil de 2 milliards de DZD en 2015.

La prospective donne une augmentation de 15% en moyenne du chiffre d’affaires. Il pourrait être de 4 à 5 milliards de DZD en 2020.

Pour l’instant la concurrence est limitée à 7 opérateurs sur le territoire national. Le défi à relever serait de proposer de nouveaux produits à contrat de court terme en plus des voyages, hadj et omra : CAARAMA pense au contrat «  études » notamment.

La société de consommation, rendue possible, par le niveau de revenus des salariés et des acteurs indépendants de la sphère économique est aussi une société de dépenses pour satisfaire des besoins immédiats ; l’assurance Vie, les complémentaires Santé et retraite sont des investissements à long terme.

Il y a pour le consommateur à mesurer les risques et les priorités. Sans les opposer.
Ce qui a été magistralement démontré par M. Mokhtar Naouri et ses collaborateurs. De la  belle ouvrage.

Par O. Larbi


Au cœur des enjeux, la culture sociale

Une assurance au service de la famille, et qui ne concerne pas les biens. La famille au centre de tous les enjeux. Il faut bien dire que cela concerne les personnes, une assurance des personnes dont le marché est très peu exploité. Il faut bien le dire également, la culture sociale, ou la conscience sociale n’est pas favorable à l’assurance. Il faut le dire en plus, le marché financier reste encore insuffisant en termes de  produits et d’instruments financiers.

Même si la date de naissance de l’entreprise des assurances, remonte à 2011, étant une filiale à 100% de la  CAAR, elle bénéficie de la crédibilité, de la compétence, de l’expérience de la société mère qui est la CAAR laquelle jouit d’une réputation d’assureur solide, avec une santé financière et une solvabilité avérées.

Elle véhicule auprès du public l’image d’un assureur qui tient ses engagements.CAARAMA Assurance s’est organisée et entend prendre toutes les mesures à l’effet de relever tous les défis qui s’impose à elle, le premier d’entre eux étant celui de se constituer en une société moderne en phase avec son époque.

Aussi, Caarama se prévaut-elle d’une charte d’entreprise qu’elle a réalisée elle-même à travers une démarche participative. Elle entend fédérer tous les collaborateurs autour des valeurs et principes éthiques qui lui permettent de jouir d’une personnalité propre.

Comme le disait avec passion M. Mokhtar Naouli, P-DG de la CAARAMA, hier au Forum de DK News, dont il était l’invité. Il était accompagné de deux de ses collaborateurs, MM. Nassim Lacheheb, directeur commercial et relations clients, qui a eu à s’exprimer sur le thème de l’ « Assurance Prévoyance Collective DJEMAATNA, une offre adaptée aux entreprises et à leurs salariés», et  Chakib Kacimi El Hassani, directeur Bancassurance, qui s’est exprimé sur le thème « Les solutions d’Assurances Emprunteurs Mouktaridh».

L’assurance qui met au cœur de ses actions la personne, la famille, est fatalement humaniste, solidaire, et a pour objectif la protection des familles et pas seulement ça. Elle «vend» le produit ou plutôt met à disposition des clients une assurance pour la protection des revenus, une assurance vie dont il est possible de récupérer une partie pour par exemple financer les frais radio, analyses médicales etc.

Les défis à relever sont immenses, et les produits nombreux. Ils sont d’autant nombreux qu’il n’y a pas de culture des assurances  et qu’il va falloir la créer en modernisant l’Algérie.   

Par Saïd Abjaoui


3 nouvelles agences avant la fin de l’année

 

Après l’ouverture le 26 novembre dernier de sa première agence commerciale au sein de la Résidence Sahraoui, à Ben Aknoun, CAARAMA assurance prévoit d’ouvrir 3 nouvelles agences avant la fin de l’année en cours à Rouiba (Alger) ainsi que dans les wilayas de Bordj Bou-Arréridj et Oran.   
R.R.


Avec 87 agences et 126 guichets bancaires La proximité, un atout clé  

Pour le P-DG de CAARAMA, l’entreprise n’a de sens qu’à travers sa clientèle. Dans ce cadre, un réseau commercial performant a été mis en place grâce au soutien de la CAAR (société mère) afin de renforcer la proximité avec les clients et développer le potentiel commercial de la compagnie.

En effet, le réseau de distribution de la CAAR compte 87 agences réparties sur le territoire national à travers lesquelles sont installé des guichets de la CAARAMA. Le réseau de la bancassurance est également important.

Des conventions de distribution ont été signées avec 3 grandes banques le CPA, la BNA et ABC Bank. Ces dernières ont mis à la disposition de l’agence 126 guichets bancaires (54 pour le CPA, 51 pour la BNA et 21 pour ABC Bank).
R.R.


CAARAMAG Bientôt le premier numéro

Dédié à l’entreprise, la première édition du journal CAARAMAG, sera tirée avant la fin de l’année 2014. Au même titre que TEAM CAARAMA, mis en place pour créer le sentiment d’appartenance et développer l’esprit d’entreprise, ce journal permettra à la direction de transmettre la stratégie et les objectifs de la compagnie aux salariés afin de les responsabiliser et les faire adhérer aux nouveaux projets.

Par Rachid Rachedi

 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.