Economie

Laiterie Soumam : Les secrets d’une réussite

Publié par Reportage réalisé par : Rachid Rachedi, Photos : M. Naït Kaci le 20-02-2016, 21h51 | 479
|

En visite dernièrement dans la wilaya de Béjaia, l'équipe de DK News a été accueillie, par le président directeur général de la laiterie Soummam, M. Hamitouche Lounis.

L'entretient convivial qui s'est déroulé dans le bureau du P-DG a été suivi d'une visite sur le site de la nouvelle usine. Sur place, l'équipe de DK News a été reçue par le directeur de la production M. Boukhata Athmane. Ce dernier nous a guidés tout au long du parcours du lait depuis sa réception jusqu’à sa transformation. 

Connue pour avoir abrité en 1956 le congrès historique des leaders de la Révolution nationale, la vallée de la Soummam, plus précisément la région d’Akbou, est devenue ces dernières années, un pôle industriel par excellence qui tire l’économie de la wilaya de Béjaïa ainsi que celle du pays tout entier vers le haut. C’est dans cette région, si chère à son cœur que El Hadj Lounis Hamitouche, décida d’implanter en 1993 sa première laiterie qu’il appellera par la suite Soummam. Une décennie plus tard, Soummam deviendra la marque préférée de l’ensemble des Algériens.

Ayant perdu très jeune son père et sa mère, El Hadj Lounis Hamitouche, à la tête aujourd’hui d’une prestigieuse entreprise, leader national dans la production des laitages et yaourts, a été pris en charge par son grand frère Tahar. C’est aux côtés de ce dernier qu’il fera, très tôt, ses premiers pas dans le monde du  travail.  Il est ainsi initié à l’élevage et au commerce de bétail. Alors que le pays vivait sous le joug du colonialisme et que le travail venait à manquer à Ichellaten, Tahar décide de quitter son village natal pour s’installer à Akbou. Une fois arrivé, le jeune Lounis est inscrit par son frère dans une école de la région mais les conditions « très difficiles» de l’époque ne lui ont pas permis de poursuivre sa scolarisation.  Dès lors, El Hadj Hamitouche, reprend son travail aux côtés de son frère et passe entretemps son permis de conduire catégorie C dans la wilaya de Bouira. Avec l'argent gagné grâce à leur dur labeur, les deux frères achètent un camion. Alors que leur situation semblait plus au moins s'améliorer, El Hadj Hamitouche est victime d'un grave accident de la circulation suite auquel les deux frères ont tout perdu. Le futur propriétaire de la laiterie Soummam décide alors de quitter Akbou pour aller chercher du travail à Alger.

Avec seulement 50 DA en poche, il parvient rapidement à décrocher son premier emploi comme chauffeur de poids lourd. En 1974 et en association avec son cousin, il achète son premier camion et travaille désormais à son propre compte. Homme de parole et travailleur acharné, il réussit en quelques années à acquérir quatre camions de transports de marchandises. Insatisfait, il est constamment à la recherche d'un créneau lucratif pour investir son argent.  S'est ainsi qu'en 1982, il se lance dans l'industrie textile. Mais vers le début des années quatre-vingt-dix, l'économie algérienne traverse une crise majeure qui n'a épargné aucun secteur. Suite à ce chamboulement du modèle économique, El Hadj Hamitoche décide de quitter l'industrie textile en proie à une concurrence déloyale de la part des produits chinois pour monter avec l'aide de son neveu une petite fabrique de yaourts qui deviendra l'un des fleurons de l'industrie agroalimentaire en Algérie.

 

De 20 travailleurs en 1993 à 1600 salariés en 2016 !

 

 

Convaincu par le fils de son défunt frère "Tahar" d'investir dans le secteur agroalimentaire, plus précisément dans la transformation des produits laitiers, El Hadj Hamitouche acquiert en 1993 une machine à yaourt d'occasion et lance la célèbre marque Soummam. La petite entreprise familiale qui employait  une vingtaine de personnes à l'époque a continué à se développer pour se transformer en chef de file de l'industrie laitière en Algérie. Aujourd'hui, Soummam emploie plus de 1 600 salariés tous niveaux confondus. 

 

8 millions de pots produits par jour

 

 

 

 

A ses débuts, la laiterie Soummam produisait environ 60 000 pots de yaourts par jour avec seulement trois machines. Appréciée pour la qualité de ses produits, l'entreprise gagne très rapidement le cœur des consommateurs algériens et produit aujourd'hui plus de 8 millions de pots par jour, a indiqué le directeur général de l'entreprise. Avec une flotte de 200 camions semi-remorques équipés de caisses frigorifiques, Soummam approvisionne toutes les wilayas du pays, y compris celles du Sud avec des produits sains et frais. En plus d'acheminer gratuitement ses produits, l'entreprise met à la disposition de ses distributeurs agréés des chambres froides et des camions frigorifiques pour effectuer leurs livraisons.

 

400 000 litres de lait cru collectés par jour !

 

 

 

 

 

Déterminée à offrir le meilleur aux consommateurs, Soummam s'est lancé depuis 2009 dans la collecte et la transformation du lait cru. Encouragée par un marché en pleine expansion, l'entreprise a engagé un directeur de collecte chargé dans un premier temps d’élaborer une étude de marché puis d'approvisionner l'usine en matières premières.  Depuis, une grande partie du lait qui sert à la production des produits Soummam est fourni par des éleveurs traditionnels travaillant en partenariat avec la laiterie. Régulièrement, des agents de contrôle se rendent dans les fermes pour s’enquérir des conditions dans lesquelles le lait est trait, stocké et transporté. D'une qualité irréprochable, ce dernier est utilisé pour la fabrication des yaourts, du lait UHT et très prochainement du fromage, du yaourt au riz et du lait au café Soummam. La collecte du lait cru qui s'effectue dans plus de 35 wilayas, a atteint le chiffre record de 800 000 litres par jour en 2012, a fait savoir M. Hamitouche. En moyenne, l'usine collecte 400 000 litres par jour de ce produit frais. 

 

9000 vaches distribuées aux éleveurs

 

 

 

 

 

S’alignant sur la politique agricole nationale, Soummam a distribué plus de 9000 vaches laitières produisant un lait de qualité supérieure sur les éleveurs de plusieurs wilayas : Oum El-Bouaghi, Constantine, Khenchela, Batna, Sétif, Bordj Bou-Arréridj, Tizi-Ouzou, etc. Rien que pour la wilaya de M’sila, 1600 vaches ont été accordés en soutien aux fellahs de la région. En parallèle, l’entreprise a investi dans plusieurs fermes dont quatre dans la daïra de Bousaâda.

 

Hygiène et sécurité des consommateurs

 

 

 

 

 

A l'image des grandes entreprises, Soummam accorde une priorité absolue à l'hygiène au sein de ses locaux. Dans ce cadre, des mesures strictes sont prises pour assurer la sécurité et la salubrité des aliments à toutes les étapes de la chaine de production. Avant de pouvoir pénétrer à l'intérieur de l'usine, les travailleurs ainsi que les visiteurs sont conviés à porter une coiffe charlotte et une blouse claire en polyester pour éviter d'introduire des particules nuisibles. Des lavabos équipés de commandes de liquide de savon sont disposés à l'entrée de chaque service. L'air à l'intérieur de l'usine est maintenu sous pression alors que celui de l'extérieur est filtré pour éliminer poussières et bactéries.

 

Une nouvelle unité de production qui répond aux normes internationales

 

 

 

 

 

 

N’arrivant plus à satisfaire la demande des consommateurs après le succès fulgurant de ses produits, la direction générale de Soummam décide d’acquérir en 2009 un terrain de 17 hectares non loin de l’ancienne usine pour édifier une nouvelle unité de production qui répond aux règles internationales en matière d'industrie agroalimentaire. D'après la technologie utilisée, cette nouvelle usine est classée première en Afrique et deuxième en Europe. 

 

"Fort" meilleure vente des yaourts Soummam

 

 

 

 

 

 

 

Pour la fabrication de ses yaourts et autres produits laitiers, Soummam utilise des matières premières de qualité importées entre autres de Nouvelle Zélande, d'Irlande, d'Allemagne, de Belgique et de France. Destiné à toutes les franges de la population, le yaourt "Fort" enregistre les meilleures ventes de l'entreprise. En seconde position on retrouve le désert Bnina, également très apprécié par les consommateurs. Les autres produits laitiers et jus comme Olé, J'nina, Céréalo, Tarte, Acti+ (Ce yaourt contient des ferments qui aide à la digestion), lben et lait en brique UHT, affichent aussi des ventes record sur le marché national.

 

À la conquête du marché africain

 

 

 

 

 

 

 

Après avoir satisfait les besoins du marché national sur les plans quantitatif et qualitatif, Soummam envisage de conquérir le marché africain qui est tout aussi prometteur et demandeur de ses produits. Ainsi, le marché libyen est approvisionné depuis quelque temps déjà et les consommateurs de ce pays semblent être satisfaits des produits qui leur sont destinés. Par ailleurs, l'entreprise est en voie de conquérir dans les prochains mois le marché mauritanien. Une première livraison était attendue dans ce pays pour le 18 février c’est-à-dire depuis trois jours. Grâce à cette initiative, l'entreprise participe non seulement à la diversification économique du pays mais aussi au développement des exportations hors hydrocarbures.      

 

Salle de contrôle et laboratoire de qualité

 

 

 

 

 

Dans cette pièce, les techniciens surveillent et contrôlent les différentes phases de production : le stockage, le traitement, le refroidissement et l’acheminement du lait et du produit finis vers les machines de conditionnement. Un système de veille permet de détecter, signaler ou même interrompre le processus de production en cas par exemple de variation dans la température ou la défaillance d’une machine. A côté de cette salle, un chimiste du laboratoire de qualité garde un œil en permanence sur le produit et examine avec soin sa texture et ses composants et ce à chaque étape de la fabrication.

 

Reportage réalisé par : Rachid Rachedi, Photos : M. Naït Kaci

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.