Hi-Tech

Sénégal : Une statue coloniale contestée sera bien réinstallée à Saint-Louis

Publié par DKnews le 09-09-2017, 17h36 | 6
|

Une statue de l'ancien  gouverneur colonial français du Sénégal Louis Faidherbe, abattue par de  récentes fortes pluies, sera bien remise à sa place à Saint-Louis, malgré  des appels à la retirer, a indiqué vendredi un responsable du ministère de  la culture.

La statue de Louis Faidherbe (1818-1889), est érigée depuis 1891 sur la  place qui porte son nom au coeur de Saint-Louis, ville située entre l'Océan  Atlantique et le fleuve Sénégal qui fut la première implantation coloniale  française en Afrique au sud du Sahara en 1659.

Le monument en bronze, tombé  au sol lors des pluies violentes qui se sont abattues sur la région dans la  nuit du 4 au 5 septembre, a été transféré provisoirement dans un bâtiment  public.
"La décision a été prise de la reposer (sur son piédestal).

Le maire (de  Saint-Louis, Mansour Faye) a demandé de réhabiliter la statue le plus  rapidement possible", a déclaré à l'AFP le directeur du patrimoine culturel  au ministère de la Culture, Abdou Aziz Guissé.

"On a demandé à une entreprise de travailler là-dessus. Saint Louis est  classée dans le patrimoine mondial.

On ne peut pas démembrer ou enlever des  axes de ce patrimoine", a dit M. Guissé.
Des appels à retirer  définitivement la statue de Faidherbe, qui été gouverneur du Sénégal de  1854 à 1861 puis de 1863 à 1865, pour la remplacer par des figures  historiques locales, récurrents depuis plusieurs années, ont été réitérés  cette semaine.

D'autant plus que certains ont vu comme un symbole que la statue soit  tombée à la veille d'une cérémonie annuelle de commémoration de Cheikh  Ahmadou Bamba Mbacké (1853-1927), fondateur du mouridisme, une confrérie  musulmane marquée par la culture africaine, en particulier wolof.
Cheikh  Ahmadou Bamba Mbacké a été exilé au Gabon par les autorités coloniales  françaises de 1895 à 1902, puis en Mauritanie (1903-1907), avant d'être  placé en résidence surveillée dans le nord du Sénégal.

Des fidèles mourides ayant participé à cette commémoration mardi à  Saint-Louis ont perçu la chute de la statue comme le "signe d'une volonté  divine", selon la presse locale.

Sur des images d'une télévision de  Saint-Louis, on voit des personnes assises sur le monument ou y posant le  pied, en signe de jubilation.

"On se demande comment 60 ans après  l'indépendance de ce pays, cette statue du principal colonisateur du  Sénégal n'a pas été déboulonnée", a écrit l'éditorialiste d'un site  d'informations local, Alymana Bathily.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.