Histoire

11 décembre 1960, une "consécration du FLN et du GPRA comme seuls interlocuteurs" face au colonialisme

Publié par Dk News le 12-12-2018, 16h15 | 19
|

Les manifestations du 11 décembre 1960 avaient "consacré le FLN et le GPRA comme seuls interlocuteurs" face aux manœuvres coloniales, a soutenu mardi à Tizi-Ouzou, Djoudi Attoumi, ancien officier de l'Armée de libération nationale (ALN) dans la Wilaya III historique.

Intervenant lors d'une rencontre sur "L'écriture pour l'Histoire et la mémoire", organisée à la bibliothèque principale de lecture publique dans le cadre du 11ème salon du Djurdjura du livre, l'ancien officier de l'ALN a estimé que ces manifestations avaient "joué un rôle important dans l'issue des négociations pour l'autodétermination de l'Algérie en consacrant le FLN et le GPRA comme seuls interlocuteurs".

L'échec des tentatives de répartitions du territoire national, des réformes du plan de Constantine qui ont vite montré leurs limites et celui des plans Challes et Maurice avaient poussé De Gaulle à "chercher des figurants pour casser la représentativité du FLN et permettre le maintien de l'Algérie sous domination française", a-t-il ajouté. Les manifestations du 11 décembre 1960 avaient provoqué "une rupture entre les communautés musulmane et européenne.

Elles ont constitué une réponse sans équivoque aux manœuvres coloniales, consacrant le FLN et le GPRA comme seuls interlocuteurs du peuple algérien face aux autorités coloniales, influant ainsi sur l'issue des négociations pour l'autodétermination". L'ancien officier de l'ALN a également expliqué que les manifestation du 11 décembre avaient provoqué des fissures au sein de l'armée française.

"Un signe de faiblesse capté par l'ALN, qui l'a exploité pour mener plusieurs offensives", poursuivant que "22 postes de commandement de l'armée coloniale française ont été investis par l'ALN dans la Wilaya III historique durant l'année 1961".

Sur le plan diplomatique, a-t-il témoigné, "grâce à l'écho qu'ont eu ces manifestations et au travail remarquable de la diplomatie algérienne, à sa tête feu M'hamed Yazid, la France qui avançait l'argument de l'affaire interne, à propos de la question algérienne, s'est retrouvée isolée sur le plan international".

Assurant, par ailleurs, que les manifestations "n'avaient rien de spontané et avaient été bien préparées", il a rappelé qu'elles sont intervenues dans un contexte politique marqué par l'arrivée du général De Gaulle au pouvoir en 1958 "avec son discours équivoque et contradictoire".

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.