Actualité

Elections locales du 27 novembre : Fin de la campagne sans déchaîner les passions

Publié par Dknews le 24-11-2021, 18h20 | 5
|

Alors que vient de s'achever la campagne officielle pour les Locales, force est de constater que celle-ci n'a pas déchainé les passions, en dépit de la mobilisation des chefs des principaux partis politiques qui ont multiplié les sorties sur le terrain pour convaincre les citoyens sur l'importance d'utiliser leur droit de vote.

Les responsables politiques et leurs candidats ont éprouvé beaucoup de peine à faire décoller la campagne, compliquée déjà par les contraintes sanitaires liées au Covid-19, mais aussi par les conditions climatiques rigoureuses qu'a connu le pays durant ces dernières semaines.

Néanmoins, après un début timide, la cadence de la campagne s'est accélérée notamment pendant les deuxième et troisième semaines sans, pour autant, donner lieu à de grands shows électoraux. Les espaces d'affichage réservés aux candidats à ces locales sont peu exploités, quelques affichent seulement ayant tapissé les panneaux installés à cet effet.

Excepté les leaders de la classe politique qui ont investi le terrain depuis le lancement officiel de la campagne le 4 novembre dernier, peu de  de candidats ont tenu des meetings. En effet, faute de grands meetings électoraux, la campagne s'est déroulée sur les réseaux sociaux pour de nombreux candidats qui ont investi la toile pour se faire connaitre de l'électorat et tenter de glaner quelques voix le jour "J".

La campagne a mené les chefs des partis politiques, quant à eux, aux quatre coins du territoire national sur un tapis d'engagements et de promesses tous azimuts.

 

Enjeux du scrutin

L'appel à une forte participation a constitué une "priorité" pendant ses 21 jours de campagne. Si pour certains, l'appel à une participation massive aux prochaines locales est motivé par le souci de corriger les dysfonctionnements constatés dans le développement local, de barrer la route aux "opportunistes", ou encore pour parachever l'édification institutionnelle de l'Algérie, pour d'autres, il s'agit d'étape importante vers le renforcement du front interne, la préservation de l'unité nationale et de la stabilité du pays pour faire face à toute menace extérieure.

La nécessité d'opter pour un nouveau mode de gestion des collectivités locales à travers l'élargissement des prérogatives des élus locaux et l'adoption d'une gouvernance locale rationnelle, a été soulignée par les principaux chefs de partis politiques lors de leurs meetings et activités de proximité menés dans le cadre de la campagne pour ces locales.

Les leaders de la classe politique ont plaidé, également, pour l'importance de conférer un "rôle pivot" aux futures Assemblées élues, noyau de base de l'Etat, avec comme objectif suprême d'ériger une "Algérie forte par ses institutions".

En outre, la révision des codes de la commune et de la wilaya pour permettre aux collectivités locales de jouer pleinement leur rôle dans le développement socio-économique du pays est revenue tel un leitmotiv dans les interventions des chefs de partis politiques durant les 21 jours de la campagne pour ces élections locales.

Par ailleurs, la classe politique a mis l'accent sur l'importance d'opérer un "véritable changement" à travers la concrétisation du développement local et la prise en charge des doléances du citoyen en faisant de lui un "partenaire clé" dans la gestion de la vie économique de la commune.

Ils ont exhorté, à ce titre, les citoyens à bien choisir leurs futurs représentants afin de concrétiser leurs aspirations au changement au niveau local.

Libérer l'élu de toutes les contraintes entravant une gestion efficace des collectivités locales, investir dans une ressource humaine compétente et intègre, booster l'investissement local pour créer le développement à travers la révision des procédures relatives à l'investissement agricole dans les wilayas du Sud du pays, sont parmi les points proposés par les partis politiques durant cette campagne pour les locales du 27 novembre prochain.

Sur un autre plan, le président l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi, a estimé que la campagne s'est déroulée dans un climat éloigné de tout discours contrevenant aux bons usages et en s'astreignant au strict respect de la charte d'éthique des pratiques électorales convenues avec l'instance qu'il préside.

Livrant une évaluation préliminaire du déroulement de la campagne, M. Charfi a jugé le "bilan positif", en dépit de "quelques dépassements mineurs" .signalés. Il s'agit, a-t-il poursuivi, d'écarts relatifs au non-respect du protocole sanitaire de lutte contre le Coronavirus, et d'autres concernant les règles de bonne conduite avec les représentants des médias lors de l'accomplissement de leurs missions pour assurer la couverture des différents meetings et les activités organisées dans le cadre des programmes de la campagne électorale.

Pour rappel, la loi organique relative au régime électoral énonce que "tout candidat ou personne qui participe à une campagne électorale doit s'abstenir de tenir tout discours haineux et toute forme de discrimination".

Aussi, un protocole sanitaire en prévision des élections locales a été signé par l'ANIE et le ministère de la Santé, en vue de prévenir la propagation du Covid-19. Les deux parties ont souligné leur attachement à l'application stricte des mesures préventives pour le déroulement du scrutin "en toute sécurité", relevant que tous les moyens nécessaires ont été mobilisés pour la réussite de ce rendez-vous.

 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.