Histoire

Ould Kablia : Le discours de Kennedy pour l'indépendance de l'Algérie a eu l'effet d'un "séisme planétaire"

Publié par Dknews le 03-07-2022, 18h30 | 38
|

Le "discours algérien" de John Fitzgerald Kennedy en faveur de l'indépendance de l'Algérie, le 2 juillet 1957 devant le Sénat américain, a eu l'effet d'un "séisme planétaire", a affirmé le président de l’Association des anciens du ministère de l'Armement et des Liaisons générales (MALG), Daho Ould-Kablia.

"Plus qu'un grand virage, c'est un séisme planétaire qui ouvre une voie nouvelle au droit des peuples à disposer d'eux-mêmes dont celui de l'Algérie en guerre qui est le sujet principal et unique de son discours", a écrit M. Ould Kablia dans une contribution.

M. Ould Kablia a rappelé, à ce titre, que le sénateur J.F Kennedy s'était prononcé franchement en faveur de l'indépendance de l'Algérie, critiquant brutalement la politique américaine de soutien total à la France dans sa lutte contre le Front de libération nationale (FLN).

Le président de l'association des anciens du MALG a cité, à ce propos, un extrait du discours de Kennedy devant le Sénat américain, dans lequel il a jugé que "le moment était venu pour les Etats Unis d'affronter les dures réalités de la situation et d'assumer leurs responsabilités en tant que leader du monde libre à l'ONU, à l'OTAN, dans l'administration de nos programmes d'aide et dans l'exercice de notre diplomatie dans l'élaboration d'un parcours vers l'indépendance politique de l'Algérie".

En effet, peu fier du soutien américain à la politique française de répression en Algérie, J.F Kennedy a souligné que l'indépendance des Algériens était inévitable. "Monsieur le président, aucune politesse mutuelle, aucun vœu pieux ou aucun regret ne doit aveugler la France ou les Etats Unis sur le fait que si la France et l'Occident dans son ensemble doivent avoir une influence continue en Afrique du Nord, alors la première étape essentielle est l'indépendance de l'Algérie, à l'instar du Maroc et de la Tunisie", a affirmé l'ancien président américain, alors sénateur de l'Etat du Massachusetts.

Dans ce long discours, il développe un réquisitoire sans équivoque sur la position de son propre pays en faveur de la France qui mène une guerre injuste contre le peuple algérien. Il fustige cette position qui nuit, dit-il, au prestige et au crédit de son pays porte-parole du monde libre.

Selon Ould Kablia, l'effet du discours de Kennedy "a pris corps au sein de l'opinion américaine", précisant que de hauts responsables du Parti démocrate, à l'image de Robert Murphy, William Cohen, Helmut Kruger, Julius Holmes, William Porter, "bien informés des réalités de la guerre d'Algérie avec les multiples atteintes aux droits de l'homme, dont la torture et la répression massive, les déplacements de populations, les destructions de toutes sortes, partagent les mêmes idées que le sénateur Kennedy".

Ces derniers ont constitué "la caisse de résonnance sur l'échec patent de la politique algérienne menée par la IVème République", a-t-il soutenu. Le président de l'association des anciens du MALG a évoqué également la contribution de certains journalistes de renom, dont Marwin Howe et Joseph Kraft du New York Times, qui a fait un séjour dans les maquis algériens, à l'internationalisation de la cause algérienne en "amplifiant les échos qui leur parviennent sur l'efficacité de la diplomatie du FLN et l'inanité de la politique française".

M. Ould Kablia a affirmé, en outre, que si l'indépendance de l'Algérie a été saluée par la plupart des personnalités politiques dans le monde, le président Kennedy "n'en a pas été le moins ravi, bien au contraire, car il y a vu la consécration de son objectif tel qu'il l'avait tracé dans son discours historique du 2 juillet 1957".

"Il prend acte de l'indépendance dans une déclaration officielle à la télévision américaine en adressant ses vives félicitations et en délivrant un message d'amitié au peuple algérien à qui il souhaite tous les succès avec la promesse d'être constamment à ses côtés", a-t-il rappelé, soutenant que l'Algérie "conservera de lui un souvenir impérissable car il fut un des plus grands et des plus sincères hommes d'Etat à accompagner jusqu'à son aboutissement son glorieux combat pour la liberté et la justice".

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.